Archives
Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

Des résidus industriels pour refaire une beauté aux anciens sites miniers
5 octobre 2017

Des résidus industriels pour refaire une beauté aux anciens sites miniers

Avec 25 mines actives, une contribution de 7,6 milliards de dollars au PIB québécois et 45 500 emplois, le secteur minier prend une place importante dans l’économie du Québec. Au nombre des défis à relever par cette industrie, notons la fluctuation du prix des minerais ainsi que l’impact écologique qu’ont ses anciens sites. Stériles et dépourvus de végétaux, ces derniers représentent une source de pollution et de contamination potentielle pour les sols et les eaux de surfaces et souterraines s’ils ne sont pas revégétalisés. Pas de panique ! Une innovation québécoise propose une solution pour redonner vie à ces paysages de « Star Wars ».

Viridis Environnement, membre d’Écotech Québec, est une entreprise spécialisée dans la gestion des matières résiduelles fertilisantes. Grâce à ses recettes de substances organiques composées de boues d’épuration, de résidus des industries papetières, de boues agroalimentaires, ou encore, de fumier Viridis Environnement permet de végétaliser des sites stériles. « Le but de toute cette démarche est de recycler les déchets organiques générés par les industries et les personnes au Québec parce qu’on ne veut plus les gaspiller. On fait simplement plus rapidement ce que la nature arrivait à créer comme végétation sans l'appui de l'aide humaine» explique Simon Naylor, vice-président de Viridis Environnement. 


Récemment, Viridis Environnement et Granilake se sont associés pour faire revivre la nature sur la mine Black Lake de Thetford Mines qui a cessé ses opérations en 2012. Les résultats sont rapides. En quelques mois, des arbustes atteignent déjà la taille d’une personne. 


Viridis Environnement a également développé un partenariat avec l’université du Québec en Outaouais pour utiliser ce site minier comme laboratoire de recherche. Ainsi, des projets similaires pourraient être développés sur d’autres sites miniers de la région ou ailleurs.


Source : communiqué de presse, article dans le Journal de Québec, reportage sur TVA.