Le Palais des congrès de Montréal a pour mission de solliciter et d’accueillir des congrès, des expositions, des conférences, des réunions et des événements en tous genres. Institution publique à vocation commerciale, le Palais génère d’importantes retombées économiques et intellectuelles pour le Québec et contribue au rayonnement de Montréal à titre de destination de premier plan.

Enjeux du nettoyage des résidus hivernaux

Le rez-de-chaussée du Palais des congrès de Montréal est un lieu à vocation multiple. Avec une superficie de corridors totalisant 7000 m2, il accueille non seulement les congressistes mais aussi les clients de la galerie marchande. Relié au centre-ville par des corridors souterrains et un accès direct à une station de métro, il est un lieu de transit important fréquenté quotidiennement par environ 17 000 personnes. Il compte une douzaine d’entrées accessibles depuis les rues environnantes.
Afin d’accueillir une clientèle internationale, le Palais doit se démarquer non seulement par la qualité de son accueil mais aussi par la qualité de ses infrastructures, sa propreté, son ordre et la facilité d’y circuler. Les conditions hivernales présentent un sérieux défi d’entretien des planchers pour lequel nous n’avons pas encore trouvé de solutions satisfaisantes.

Voici les problèmes auxquels nous faisons face en hiver :


Le lavage de plancher se fait 2 fois par jour, ce qui est insuffisant pour présenter un environnement propre. Lorsque le rez-de-chaussée est peu occupé, le lavage est effectué par un employé qui conduit un appareil de type « Zamboni ». Lors de très forts achalandages, le nettoyage doit être effectué plus souvent et nécessite la présence de 2 et parfois 3 employés pour signaler aux clients de faire place. Il y a donc un enjeu de disponibilité de personnel et de coût relié à cette opération. De plus, la circulation peut être tellement dense que la pile de l’équipement se décharge avant d’avoir pu effectuer un nettoyage complet.

En 2020, afin de prévenir le salissage des planchers, nous avons fait l’acquisition de différents tapis d’hiver des plus performants.

La stratégie était la suivante :

  1. Dans un premier temps, les vestibules sont déjà équipés de grilles gratte-pied intégrés au bâtiment. C’est donc le premier lieu de collecte des résidus hivernaux.
  2. Une fois le vestibule franchi, un premier système de tapis avec poils rigides longs brise les résidus pris dans les semelles des bottes d’hiver. Ces tapis sont aussi des bassins qui recueillent les premiers résidus (pierres, sels). Ces tapis doivent être soulevés par le personnel d’entretien pour les vider de leur contenu. Ils sont lourds et difficiles à manipuler. lls ont une longueur pouvant atteindre 4 mètres (2 sections de 2 mètres)
  3. Par la suite, un deuxième système de tapis a été installé afin de recueillir la neige fondante. Dans les entrées les plus fréquentées, le tapis mesure environ 45 mètres de longueur. Ces tapis doivent être nettoyés quotidiennement à l’aspirateur. Ils doivent aussi être lavés régulièrement afin de faire disparaitre les taches de calcium.

Constat sur cette stratégie :

  1. Les tapis sont couteux à l’achat : plus de 100 000 $ en 2020.
  2. Ils ont une durée de vie très limitée (moins de 4 ans pour les entrées très fréquentées).
    De plus, le sel de déglaçage contenu dans les résidus en accélère la dégradation.
  3. Malgré ces dispositifs, les planchers ne sont pas vraiment moins sales.
  4. Les tapis d’hiver sont difficiles à installer, lourds à manipuler. Ils requièrent beaucoup
    d’espace d’entreposage.

Recherche de solutions

Le Palais des congrès de Montréal est donc à la recherche de solutions permettant un des
deux systèmes suivants :

  1. Un système permettant le nettoyage complet des semelles aux entrées ; ou
  2. Un système automatisé autonome de nettoyage des planchers qui pourra fonctionner
    en continu malgré l’achalandage.
Caractéristiques des solutions technologiques proposées
  1. La solution doit être prête pour la mise à l’essai en juin 2023.
  2. Les performances de la solution devront être les suivantes :
    1. Autonomie de la solution, capacité de rejoindre son point de recharge, capacité de la pile, etc.
    2. Réduction, voire élimination du personnel dédié à cette opération.
    3. Facilité d’entretien.
  3. Les solutions présentées devront avoir un niveau de maturité technologique minimal (TRL) de 2 au début du projet
Autres informations pertinentes

Le Palais des congrès de Montréal offrirait un soutien financier pouvant atteindre 50 000 $ et collaborera à l’accompagnement une vingtaine d’heures par mois.