Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

La francophonie s'unit pour le 3D
18 novembre 2014

La francophonie s'unit pour le 3D

Plus précises, plus fiables, générant moins de transport et de déchets, les technologies 3D seront bientôt accessibles aux PME! Le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) et l'Association française en prototypage rapide (AFPR) ont procédé hier le 17 novembre à la signature d'une entente de coopération internationale. Leur objectif: optimiser l’émergence de l’impression 3D dans les entreprises manufacturières du Québec et de la France.

Des industriels aux particuliers, l’imprimante 3D est sur toutes les lèvres. Le concept est assez simple: un opérateur dessine l'objet sur un écran en utilisant un outil de CAO (Conception Assistée par Ordinateur). Le fichier 3D obtenu est envoyé vers une imprimante spécifique qui le découpe en tranches et dépose de la matière couche par couche pour obtenir la pièce finale.

 

Production locale pour consommation locale = moins d’emballage, de stockage et de transport conséquents pour obtenir la pièce désirée. L’impression 3D apparaît aujourd’hui comme la technologie propre de l’avenir. Les prototypes en 3 dimensions peuvent dorénavant être imprimés partout. Il suffit d’envoyer un email contenant le fichier et de lancer l’impression à partir de celui-ci. Plus besoin donc, comme c’est le cas dans la production de masse, de passer commande à l’autre bout du monde.

 

Pour le président de l'AFPR, monsieur Georges Taillandier: «l'émergence de la fabrication 3D par cette entente de coopération verra se rapprocher nos experts industriels et chercheurs en mettant à leur disposition des ressources communes tout en facilitant les échanges dans le plaisir de la francophonie». Si les connaissances, elles, continuent de voyager, les objets, eux, risqueraient bien de cesser de le faire plus vite que prévu!

 

 

Pour plus d'info : communiqué de presse