Défi présenté par

Bell est à la recherche de solutions pour diminuer la « pression » sur l’entrée électrique de certains bâtiments et donner la possibilité de recharger les véhicules électriques en cas de panne d’électricité.

Contexte

Bell a pris l’engagement de rendre ses activités carboneutres en 2025 et s’est commise à se fixer des cibles de réduction des émissions basées sur la science (SBT) d’ici 2030 conformément au scénario limitant le réchauffement à 1,5 °C. 

Bell souhaite maintenant se doter de solutions technologiques adaptées afin de parvenir à ses cibles ambitieuses, tout en atteignant ces objectifs de croissance et de pérennité de son réseau. Notre équipe a comme cible de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre de 58% d’ici 2030. Pour atteindre notre objectif nous devons déployer des milliers de véhicules à zéro émission.  

Enjeux

  • Certains sites présentent une capacité énergétique résiduelle (de l’ordre de 50 kWh) inférieure à celle nécessaire pour recharger les véhicules s’y rattachant (une fois électrifiés). Plusieurs bâtiments présentent des appels de puissance s’approchant des 80% de leur capacité. 
  • Problématique : La capacité électrique résiduelle d’un bâtiment est définie selon l’appel de puissance annuel. Cet appel représente très mal la consommation moyenne du bâtiment et ainsi sa capacité résiduelle utilisable à des fins de recharge de véhicules (ou autres charges). Ceci limite grandement la quantité de chargeurs/véhicules électriques pouvant être opérés sur un même site.
  • Nous désirons établir une solution nous permettant d’utiliser la puissance restante négligée (entre l’appel annuel et la consommation en temps réel du bâtiment) afin de diminuer nos coûts de mise à niveau de nos bâtiments et ainsi maximiser notre déploiement de véhicules électriques.
  • Cette solution doit nous permettre de s’approcher de l’appel de puissance tout en demeurant fonctionnel au niveau du cahier des charges de la recharge des véhicules. Bref, la solution doit comporter une réserve de puissance nous permettant une marge de manœuvre lors de panne d’électricité ou lorsque le bâtiment (sans les bornes de recharge) utilise l’entière capacité du l’entrée électrique.
    • Le système doit être en mesure d’être installé à l’extérieur et conserver ses performances tout au long de l’année.
    • Durée de vie minimale de 10 ans, en gardant une capacité minimale de 80%
    • Doit répondre aux normes NFPA
    • La solution sera applicable aux bâtiments critiques pour les premières phases, pourrait potentiellement s’étendre aux petits sites/nœuds comme réserve de puissance afin d’alimenter des charges connexes.
    • L’alimentation serait par le secteur, possibilité de sources d’énergies renouvelables un atout.

Contraintes et autres informations pertinentes

  • Désir de charger plusieurs véhicules électriques de différents types sur un même site, avec des plages typique de recharge entre 17h et 7h
  • Concept répétable pour le mesurage et l’intelligence de la consommation de l’énergie résiduelle du bâtiment. Modulable pour la réserve de puissance énergétique en fonction du site (capacité résiduelle vs quantité de véhicules à recharger)
  • Niveau de maturité technologique de preuve de concept visé pour les solutions 
  • Mise en place de la solution visée pour 2024

En savoir plus sur le défi

Webinaire de présentation du défi

Pour toute question, écrivez-nous à [email protected]


Partenaire